Category: Critique

Hiroshi Fujioka reprend le combat !

L’info est tombée la semaine dernière et a déjà fait le tour de beaucoup de sites, mais autant en parler ici aussi: Hiroshi Fujioka, l’interprète original de Kamen Rider Ichigo dans la première série Kamen Rider (1971), reprendra son rôle dans le prochain film Kamen Rider Taisen, pour la première fois depuis 38 ans et l’épisode spécial « Tous ensemble ! Sept Kamen Riders ! » (集合!7人の仮面ライダー!!Zen’in Shūgō! Shichinin no Kamen Raidā!!) avec tou les premiers Riders de l’ère Showa jusqu’à Kamen Rider Stronger.

Pour l’occasion, l’acteur a fait un post sur son blog pour l’annoncer, dont voici une traduction:

« Je vais interpréter Kamen Rider, Takeshi Hongo, une nouvelle fois.
Pouvoir interpréter Takeshi Hongo, qui aura du combattre quelque part dans le monde jusqu’à aujourd’hui, me remplie de joie et de gratitude pour mes mentors qui ont construit la base de Kamen Rider et le staff qui a pu le rendre possible.
Ramener à l’écran un héros national, connu mondialement et créé grâce aux efforts de nombreuses personnes, M. Shotaro Ishinomori étant le premier, je ressens le devoir et la responsabilité de faire revivre les espoirs et l’admiration que les gens partout dans le pays et en dehors ont pour ce héro.
Pourquoi un Rider n’arrête pas le combat ? Dans quel but ?
C’est un héro qui se bat pour la paix et la joie, restant lui-même dans l’ombre et faisant fie de sa propre tristesse et de ses souffrances.
J’espère transmettre cette mythologie à travers un héro de film aux jeunes générations.
J’ai visité presque une centaine de pays, et les gens de toutes origines m’ont accueilli comme « Masked Rider » (マスクドライダー).
Je suis fier et reconnaissant de faire partie de quelque chose qui communique un esprit immortel de justice et au refus d’abandonner, et que ce travail soit bien accueilli partout dans le monde.
Et pour terminer, mon souvenir le plus ancré dans ma mémoire restera cet accident de moto pendant le tournage, dans lequel j’ai du lutter pour ma vie et été capable de vaincre ma peur et les incertitudes. Le souvenir de cette expérience et des émotions que j’ai ressenti sont quelque chose que je n’oublierai jamais.
Il n’y aura pas de plus grande joie pour moi que d’être capable, par l’intermédiaire de ce film, de faire ressentir à quelqu’un ce qu’est un vrai héro d’Amour, de Bravoure et l’image d’un vrai homme.
J’ai hâte de vous rencontrer au travers du grand écran. »

Pour rappel, ce prochain Kamen Rider Movie Taisen (Showa contre Heisei) sortira sur les écrans de cinéma japonais le 29 mars 2014.

Source: Blog officiel de Hiroshi Fujioka

Kamen Rider Baron: Le pirate devenu banane.

Yutaka Kobayashi, l’acteur qui interprète le rôle de Kumon Kaito (Kamen Rider Baron) a été interrogé par le magazine Hyper Hobby et révèle qu’il a failli être Gokai Red et le secret derrière son désamour pour les bananes.

Source: Henshin Justice
Lire la suite →

Gen Uroboshi: Les Kamen Riders sont des mutants !

Gen Uroboshi n’en finit plus de se confier dans des interviews concernant la conception de la série Kamen Rider Gaim, pour notre grand plaisir. Cette fois pour le magazine saisonnier ‘The Kamen Rider‘, et sans révéler le scénario à venir, il nous permet comme dans les précédentes interviews de connaitre un peu l’envers du décor de la création des séries Kamen Rider.

Source: Henshin Justice
Lire la suite →

Ryuta Tasaki: Gaim et le piège de Uroboshi

Alors que la série commence à peine, une nouvelle interview nous en apprend plus sur la création de Kamen Rider Gaim au travers de la collaboration entre Gen Uroboshi (le scénariste) et Ryuta Tasaki (le réalisateur). Tout comme la précédente interview, elle est issue du magazine Uchuusen.

Source: Henshin Justice Lire la suite →

Vers la fin du Tokusatsu ? le New York Times s’interroge.

 

Il est assez rare pour le souligner, le site web d’un grand quotidien, le New York Times (pour la zone asie) a publié un article sur le Tokusatsu et son évolution depuis les années 50. Au travers de différentes interviews et anecdotes, le constat est assez pessimiste pour les amateurs des scènes classiques en costume, qui reculent petit à petit face à l’utilisation massive des images de synthèse de plus en plus rentable.

J’avais commencé un autre article sur Hideaki Anno et son idée de musée pour la préservation du Tokusatsu, du coup l’article compile tout, autant en profiter !

Source: New York Times

Lire la suite →

Décès de Toru Hirayama, un des pères de Kamen Rider

Entre deux nouvelles annonces sur le prochain Kamen rider, une triste nouvelle pour les fans de la franchise est tombée. En effet, un des grands noms de la Toei, Toru Hirayama (平山 亨) nous a quitté le 31 juillet d’une insuffisance cardiaque. Plus qu’un producteur, il a fait des choix cruciaux permettant d’installer durablement la franchise Kamen Rider et le Toku en général à la télévision. Il aura fait part de nombreuses anecdotes dans de nombreux ouvrages, notamment sa dernière biographie ‘Dernières volontés et testament d’un producteur pleurnichard‘ (泣き虫プロデューサーの遺言状, en japonais, en vente sur Amazon.co.jp).

Né en 1929 à Tokyo, Toru Hirayama est l’ainé d’une famille de quatre enfants. Son père travaillant au ministère des transports, il va passer toute son enfance entre Tokyo et Nagoya. En 1944, il est enrôlé dans les brigades de construction et de construction des abris anti-aériens. En 1947, après la guerre, il intègre d’abord le collège anglais d’Aoyama puis l’université de Seikei pour étudier les sciences politiques et l’économie. Suite à une réforme du système scolaire japonais, il peut alors présenter le concours d’entrée à l’Université de Tokyo (la fameuse Todai) qu’il intègrera, en même temps qu’un certain Atsuo Okunaka (né en 1930, décédé en 2012), futur réalisateur avec qui il produira de nombreux Toku, comme Kamen Rider V3, Zaborger, Akumaizer 3, Ganbare Robocon et Uchuu Keiji Gaban (X-Or). Dès lors, Hirayama décide d’orienter sa carrière dans les médias. Il fait de nombreux stages dans différentes sociétés de productions mais cela se solde par un échec jusqu’à l’obtention de son diplôme.

Michio Konishi

Michio Konishi

C’est en  1954, après un premier essai infructueux, qu’il obtient son diplôme universitaire en Histoire de l’Art. Il décroche alors un stage de trois mois à la Toei, où il retrouve d’anciens camarades de classe comme Michio Konishi, (futur réalisateur de Giant Robo, Sukeban Deka, Kamen Rider Black, de la trilogie des Space Sheriff  et une très grande partie des Metal Heroes), Tan Takaiwa (producteur de Uchuu Kara no Messeji/Sankukai et de nombreux films de Chambara) et Takaharu Saeki (réalisateur et directeur des effets spéciaux pour Ultraman, Petonton mais aussi sur Kamen Rider Super One, Spiderman, Robot 8 Chan, Bibyun…) Il commence alors sa carrière en temps que directeur adjoint dans les studios de Kyoto, spécialisés dans les films en costume, dirigés par Matsuda Sadatsugu. C’est en 1963, à l’âge de 34 ans,  qu’il réalise le drama ‘Zenigata Heiji‘ et ‘San-biki no rōnin’ l’année suivante puis ‘Kabe no naka no yarō-domo’ en 1965. Dès lors, et sous la direction de Shoji Matsumura, il sera partie prenante de la création du producteur fictif Saburo Hatte (八手 三郎 ou Saburo Yatsude) qui signera dès lors une grande partie des productions Toei dans le domaine du Tokusatsu. En décembre 1965, Hirayama retourne à Tokyo. Devant le succès grandissant de la télévision face au cinéma, la direction de la  Toei le nomme directeur adjoint pour la télévision. Dès 1966, il va s’associer à Shinichi Miyazaki pour lancer la série Akuma-kun. Dès lors, il va enchainer les productions Toku avec Captain Ultra, Kamen no ninja Aka-Kage et Giant Robo en 1967. Il sera aussi à l’origine de Judo Ichiyokusen, qui mettra en scène des combats de Judo d’où certaines mimiques seront reprises dans Kamen Rider, et où il rencontrera un certain Tetsuya Nakayashiki.

Kamen Rider Ichigo

C’est à cette période qu’il se rapproche de Shōtarō Ishinomori, qui voulait alors adapter son manga Skullman. Jugé trop violent pour le public visé, il révise sa copie, assisté de Hirayama, en adoptant le design d’une sauterelle pour le héros, sur les conseils de son fils.

C’est ainsi que se lance la production de Kamen Rider, dont la diffusion commencera en avril 1971.

Hirayama prendra une part active dans le choix de continuer la série après l’accident de Hiroshi Fujioka sur le tournage de l’épisode 10 de Kamen Rider, et proposer la création de Nigo, car alors, dixit Hirayama, ils « n’ont pas les moyens de briser le rêve des enfants tout-puissant ». En parallèle, il participera au lancement en 1975 de Himitsu Sentai Goranger puis de la suite des Super Sentai

A suivre…

Source: Wikipedia, Amiami, Kamen Rider Wikia, Igadevil, Yomiuri

Kamen Rider Fourze et Gaban inventent le crossover éducatif

Kamen Rider Fourze et Uchuu Keiji Gaban

Alors que Kamen Rider Wizard est la série du moment, Kamen Rider Fourze fait un mini comeback sous la forme d’un cross-over éducatif avec Gaban (X-Or) pour le planétarium de Saitama (à proximité de Tokyo).
En effet, depuis le 27 avril, le jeune public peut y découvrir les deux  héros raconter l’histoire du programme spatial Voyager 1 dans un moyen métrage de 50 minutes appelé ‘Golden Disk wo mamore !‘ (‘Protégeons le Golden Disk !‘).

Voyager 1 est la première des deux sondes du programme Voyager lancées en 1977. Sa mission principale était d’étudier les planètes géantes Jupiter et Saturne. C’est la première sonde spatiale qui a fourni des images détaillées des lunes de ces deux planètes. Voyager 1, qui serait aux confins de notre système solaire1, en passe d’en franchir les limites, continue de collecter des données scientifiques. D’ici 2020, les instruments doivent être progressivement arrêtés pour faire face à l’affaiblissement de la source d’énergie électrique fournie par les trois générateurs thermoélectriques à radioisotope. Voyager 1 ne sera plus capable de transmettre de données au-delà de 2025. Ce n’est pas leur source de plutonium qui leur fera défaut mais les thermocouples qui convertissent la chaleur issue du plutonium en électricité. Au 29 novembre 2012, la sonde est à environ 122,60 UA du Soleil et à environ 123,40 UA de la Terre.

Le terme ‘Golden disk’ (aussi appelé ‘Golden Record‘) fait référence au contenu de la sonde, qui en complément des instruments de mesures scientifiques, contient un disque d’informations en cas de découverte de la sonde par une civilisation extra terrestre:

Le Voyager Golden Record est un disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977. Ce disque contient des sons et des images sélectionnés pour dresser un portrait de la diversité de la vie et de la culture sur Terre, et est destiné à d’éventuels êtres extraterrestres qui pourraient le trouver.

Tout comme son précurseur la plaque de Pioneer, il s’agit d’une « bouteille à la mer interstellaire », les chances pour que ces disques soient retrouvés étant extrêmement faibles. De plus, s’ils l’étaient, ce serait dans un futur très lointain : les sondes Voyager ne se retrouveront pas à moins de 1,7 année-lumière d’une autre étoile avant 40 000 ans. Donc, plus qu’une tentative sérieuse de communication avec des extraterrestres, ces disques ont un sens symbolique.

Sur le couvercle du vidéodisque est gravé le schéma explicatif du mode de lecture ainsi que les symboles inscrits sur la plaque de Pioneer. Le disque lui-même comprend de nombreuses informations sur la Terre et ses habitants, allant des enregistrements debruits d’animaux et de cris de nourrisson, jusqu’au bruit du vent, du tonnerre, ou d’un marteau-piqueur. Sont aussi compris les enregistrements du mot « Bonjour » dans une multitude de langues, des extraits de textes littéraires et de musique classique et moderne.

Une source d’uranium 238 (choisi pour sa période radioactive de l’ordre de 4,5 milliards d’années) est également embarquée à bord des sondes, permettant de déterminer le temps écoulé depuis le lancement par datation radioactive.

Pour les personnes intéressées par ce cross-over, il est diffusé une fois par jour du mardi au vendredi, puis deux fois les week-ends et jours fériés.

Source: JE FusionWikipedia (Voyager 1), Wikipedia (Golden Disk) et le site du planétarium de Saitama

Du Kamen Rider Fourze à Japan Expo Sud !

Kia Asamiya à Japan Expo Sud 2013

Pour les sudistes amateurs de Japanimation et de culture japonaise, vous avez sans doute entendu parlé de Japan Expo Sud, au Parc Chanot à Marseille qui s’est tenu il y a quelques jours. Et dans la liste des invités, on aura pu y voir une toute petite incursion de Kamen Rider ! En effet, Kia Asamiya, mangaka, auteur de comics et character design était là. Dans son C.V, on peut s’apercevoir que ce monsieur a réalisé le design des Zodiarts de la série Kamen Rider Fourze.
Il a d’ailleurs été surpris de voir un artbook sur la série à faire dédicacer. A la question « quel est votre Zodiarts favori ?« , il a hésité puis a déclaré « le Sagittaire« .
Lire la suite →

Tetsuya Nakayashiki, le premier Kamen Rider

Tetsuya Nakayashiki, le premier Kamen Rider

On avait déjà parlé ici de Seiji Takaiwa, cascadeur connu pour être le ‘corps’ officiel des Kamen Rider depuis Agito. Mais connaissez-vous son précurseur, Tetsuya Nakayashiki?

Judo Ichiyokusen, un des premiers rôles de Nakayashiki.

Né le 5 juin 1948 dans la préfecture d’Iwate, il débute sa carrière de cascadeur en 1968 dans Mighty Jack puis dans l’adaptation live du manga Judo Ichiyokusen (柔道一直線) l’année suivante. 
Tout se précipite en 1971 quand il devient Kamen Rider Ichigo après la blessure de Hiroshi Fujioka. Dès lors, il enchainera les rôles de Kamen Rider sous les traits des Riders Nigo, V3, X, Amazon, Stronger, Skyrider puis Super-1.
En parallèle, il travaillera aussi sur d’autres productions de Ishimori et Fuji-TV, telles que Barom-1 (1972), Inazuman F (1974),  Himitsu Sentai Goranger (1975), Kyodain (1975), JAKQ Dengekitai (1977), Tetsujin 17 (1977), Spiderman (1978), Robot 8 chan (1981), Sharivan (1983) ou encore Machine Man (1984).

Il fera deux apparitions notables à visage découvert dans Kamen Rider, d’abord dans le film de Kamen Rider ZX, où il interprètera Eisuke Mikage et son alter-égo, le monstre Tiger-Roïd, puis dans l’épisode 28 de Kamen Rider Agito où il tient le rôle d’un garagiste.

Source: Wikipedia (japonais)
Lire la suite →

Kamen Rider Ryuki versus Puella Madoka Magica

Kamen Rider Ryuki versus Puella Madoka Magica

Kamen Rider Ryuki versus Puella Madoka MagicaVoilà une jolie petite ‘polémique’ autour de Kamen Rider, alors autant en profiter !

Depuis quelques temps,  une vague de remarques sur les boards japonais et américains ont montré de ‘grosses’ ressemblances entre le scénario et les personnages de Kamen Rider Ryuki (2003) et l’anime Puella Madoka Magica (2011).

Gen Urobuchi (wikipédia anglais), écrivain des light novels et  scénariste de l’adaptation en anime de Madoka, a déclaré au sujet de Ryuki: ‘Ryuki était un chef d’oeuvre avec ses combats en forme de Battle Royale. Y voir quelques similudes n’est pas un problème’.

Dans la suite de l’article, voici le détail des différentes ressemblances relevées. Attention, pour ceux qui n’ont pas vu l’ensemble des deux séries, il y a d’énooormes spoils.
Lire la suite →